Le mois de mai est,dit-on, propice aux amours, les "Don Juan", qu'ils soient hommes ou femmes, redoublent d'activité. Le Don Juan de cette fable, court encore à la recherche de... L'Amour

 

Don Juan

Aristide est un Don Juan,

C’est un joli garçon, c’est aussi un charmeur,

C’est un amant.

Il a gardé sur son visage,

La moue de son enfance et des yeux qui voyagent,

Quand on entend sa voix et son rire aguicheur,

On les aime.

Malgré ses fougues ou son coté boudeur

Et ses tenues de faux bohème

On l’aime.

Il sait promettre sans tenir,

Ari vit au présent, il  ignore  l’avenir.

Il est joyeux, affable et drôle,

Toutes les femmes en raffolent.

Lorsqu’il parle à Suzanne, à Laure ou à Lola,

C’est à toutes qu’il parle, et aussi à chacune.

Aristide n’est pas fidèle,

 Mais il sait promettre la lune

A la première qui lui plaît, à la plus belle.

Il consomme l’amour, sans souci des dégâts.

Il sait être galant, très souvent délicat,

Mais dans cette poursuite éperdue du bonheur,

Il délaisse tous ceux qui l’aiment,

Et passe dans leur vie, sans regrets ni problèmes.

C’est un amant auto-stoppeur.

Il a un copain clown et lui a confié,

-Je vais te dire, ami, je suis très amoureux.

-Moi aussi, mais d’une guenon,

Répond le clown qui rit des yeux.

-Tu te moques de moi et tu joues au bouffon ! 

-Amoureux, Aristide, tu l’as toujours été,

Aujourd’hui c’est Janie, et demain c’est Suzon,

Ta maladie Ari, est celle du bourdon,

Tu n’en seras guéri qu’en rencontrant la reine,

Qui mangera tout cru l’ingénu libertin,

Qui se croyait  invulnérable

-Tais-toi donc, Arlequin, , tu me fais de la peine,

Si je suis amoureux, je ne suis pas crétin,

 Je suis même très raisonnable,

 Les années m’ont appris à cerner mes envies,

L’amour, c est un alcool qui distille  la vie,

C’est lui le messager en rêves et délires

J’en veux garder l’ivresse et la nuit et le jour

Je suis amoureux de l’amour

 

Julien SABBAN